TPL MOMS

20 situations que tous les parents vivent avec un deux ans

Par Stéphanie Tremblay - November 13, 2018
Crédits: Source : Unsplash

Vivre avec des enfants n’est pas toujours une partie de plaisir. Malgré tout, il est important de se rappeler que ce sont des périodes qui finissent par passer et auxquelles on attachera un jour un souvenir particulier et tendre même si ce ne l’était pas au départ.

Rappelez-vous les journées suivant la naissance de votre enfant, avouez que vous vous souvenez plus de l’odeur de beurre (biscuit, etc.) de votre nouveau-né que du méconium? Right! C’est ce que j’essaie de me mettre en mantra ces derniers jours avec les petites crises de mon 2 ans.

Voici ce que je vais vouloir me souvenir et qui résonne autour de moi.

 

La première crise de bacon dans un magasin

Crédits: Source : Unsplash

Je pense que les enfants sont comme des Pokémon avec leurs crises, il y a une évolution, volontaire ou non, sur toutes les choses qu’ils font, dont les crises.
Mon enfant de 2 ans est passé de petites crises en crêpe (couché sur le ventre sans crier, une manifestation douce de son mécontentement) à des grosses crises avec des coups de pied.
Disons que je ne peux m’empêcher de rire et souhaiter que ça passe vite!

Répondre « non » à toutes les questions

Crédits: Source : Unsplash

Est-ce que tu as fini de manger ? NON! Est-ce que tu n’en veux plus ? NON! Veux-tu le rouge ou le bleu ? NON! Ok, qu’est-ce que tu veux dans ce cas-ci ? FINII.
Grosso modo, c’est comme ça que tous mes repas se passent avec mon fils ces temps-ci. Paraît que c’est pour forger son caractère et disons-le, ça travaille aussi notre patience et notre habileté de parent à devenir de fin négociateur!

Parler comme Yoda

Crédits: Source : Unsplash

C’est tout de même incroyable de voir l’évolution du langage des enfants.
De gazouillis à quelques mots significatifs (dont « maman » et « papa » :’) ) en passant par biberon, c’est vraiment touchant voir un enfant passer d’un mode de communication à un autre.
Viens ensuite, les phrases « complètes » qui deviennent un beau jeu de devinette. « Partir jouer, Louis veut » voyons quoi? Je ne comprends pas!
Qui parle, mon fils ou Yoda?

Manger tout ce qui traîne par terre

Crédits: Source : Unsplash

Âmes sensibles, s’abstenir! il n’y a rien de pire que de voir son enfant prendre quelque chose par terre pour le mettre dans sa bouche, surtout quand ça frôle plus le dégueulasse que le dangereux.

Sans vouloir vous faire partir le gag reflex, mais quand mes enfants mettent une vieille chip pleine de poussière dans leur bouche ou la nourriture du chat, certes, c’est mieux ça que des choses plus alarmantes et dangereuses, mais reste que je dois leur dire de ne pas le faire sinon je vais vomir aux toilettes.

Lancer leur caca ou jouer avec...

Crédits: Source : Unsplash

Sorry les parents! Personne n’y échappe… un jour, on pense même refaire un top d’histoires de caca tellement on en a dans nos ami.e.s parents.
Si ce n’est pas pour tuer l’ennui dans sa bassinette avant une sieste, c’est au moment de faire ses premières armes sur le pot ou encore pire, dans un bain en famille! Parmi mes meilleures anecdotes, celles qui comportent du caca sont souvent les plus drôles. On dirait que ma mémoire efface les nettoyages de caca-tastrophes pour laisser place à la fois ou ma fille m’a lancé une petite crotte.
Une fois passé, ça fait de bons souvenirs (une fois que l’odeur a disparu, quoi).

Taper, ses parents, ses amies, ses choses

Crédits: Source : Unsplash

Respire, respire, c’est un enfant, il ne le sait pas qu’une tape directement dans la face pour pas de raison, ça ne se fait pas. Respire papa, maman.

Je pense que c’est l’une des choses qui me fait le plus de peine, recevoir un coup de mon fils. À la limite, une morsure me donne l’impression qu’il m’aime tellement qu’il voudrait me manger (genre?!), mais les tapes c’est autre chose. Surtout que ça vient souvent avec des coups sur tout le monde.

Pour vrai, pour ça, je ne trouve pas de bon côté, je me dis juste que ça va passer!

Se mettre dans de drôles de dangers

Crédits: Source : Unsplash

Parfois, j’aimerais me mettre dans la tête de mon fils pour comprendre pourquoi il trouve que c’est une bonne idée de se jeter d’un côté à l’autre du bain comme une loutre de mer qui aurait perdu le contrôle de sa vie ou quand il décide de sortir les protèges prise électrique de leur fonction ou quand il se met un Lego dans le nez.
Je me dis souvent qu’on l’a échappé belle et les infirmier.ères de Sainte-Justine ont vu mon fils un peu plus souvent cet été (dont deux fois en une semaine). Puis, c’est sa façon d’apprendre les limites, une petite cicatrice et une poque de plus à la fois!

Dire je suis capable (et clairement pas l’être)

Crédits: Source : Unsplash

Avec l’hiver qui arrive, je dois me prévoir 10 minutes de plus pour que mon fils m’explique qu’il est capable de faire quelque chose (genre mettre ses bottes ou son manteau, deux choses qu’il ne réussit pas tant, on va se le dire) c’est vraiment cool de le voir développer son autonomie, ma patience, ma capacité à courir après pour rattraper le temps « perdu » à le voir essayer ou me faire dire que ce n’est pas correct de lui dire le sens que devrait avoir ses bottes, etc.!

Pleurer pour une couleur de verre

Crédits: Source : Unsplash

J’aime la détermination de mon enfant, ça devrait le mener loin dans la vie, lui faire faire des choses incroyables. Sauf que des fois, disons que ça devient un peu ridicule de pleurer pour une couleur de verre ou parce que les toasts sont coupés dans le mauvais sens.
Pour vrai, ces moments-là, j’essaie de me dire que c’est pour montrer la détermination de mon enfant, tout en essayant de garder la mienne pour ne pas pleurer… de rire.

Ne jamais prêter ses jouets

Crédits: Source : Unsplash

Disons que j’ai été élevée dans une famille où on n’avait pas grand-chose et on avait l’obligation de partager. J’ai pris toute une claque quand j’ai compris que la fratrie en construction que j’avais créée ne partageait pas et même ne comprenait pas le concept du partage.
Combien de fois je dis que dans la vie, on doit partager? Mettons que j’aime mieux ne pas trop compter!

Vouloir ne manger que des pâtes

Crédits: Source : Unsplash

Quand je voyage, j’essaie de m’enligner sur des places où je vais pouvoir assouvir le désir de mon enfant, qui mangeait pourtant des huîtres et pleins de trucs que les enfants n’aiment pas habituellement depuis longtemps (ben de sa vie de personne qui mange, il a quand même deux ans),pour ne plus rien manger sauf du pain et des pâtes.
Pire encore, il a appris à dire «  ark » et maintenant c’est un nouveau combat que de lui apprendre qu’on ne dit pas ça.

Ne plus vouloir être dans la chaise haute et ne pas être capable de s’asseoir calmement sur une chaise

Crédits: Source : Unsplash

C’est vraiment ce qu’on appelle avoir le cul entre deux chaises, même qu’ici, c’est en fait de n’avoir pas les foufounes sur aucune chaise.
Mon fils ne voulait plus être dans la chaise haute et je le comprends, c’était rendu plate de le voir dans son coin plus loin de la table. On a donc décidé de le mettre sur une chaise et il s’est transformé en tortillon entre temps. On doit donc courir la moitié du repas après lui.
Cool, ça nous fait faire de l’exercice (lol #not)

Ne pas vouloir mettre son manteau ou ses bottes

Crédits: Source : Unsplash

Dans la phase : « je suis capable de tout faire tout seul », vient aussi celle « et c’est moi qui vais décider si je vais le faire ou non. » Comme elles sont complémentaires, ces deux actions, ça veut dire qu’on a des enfants qui font un peu n’importe quoi n’importe quand ou pas.
Et on ne peut pas se fier à la réaction d’il y a quelques heures ou il y a quelques jours. Encore là, je me dis que c’est du sport, right? En tous cas, ça me met pas mal à bout de souffle comme un marathonien (pas que j’en ai fait).

Enlever un seul bas, perdre toujours la même mitaine

Crédits: Source : Unsplash

Trois petits chats ont perdu leur mitaine comme mon enfant à chaque jour de la semaine! Je pense à faire installer un système de RFID (petite onde radio) pour essayer de trouver où est-ce que mes enfants perdent leur mitaine et leur bas gauche, comme je me retrouve avec plein de gants d’un côté seulement et toujours un de moins.

C’est un peu fatigant parce que ça coûte cher.

Si seulement ça pouvait être d’un côté et de l’autre, on garderait des paires (dépareillées, mais rendus là!)

Faire le pont DANS le porte-bébé

Crédits: Source : Unsplash

Bien que je veuille apprendre à mes enfants les avantages de faire du yoga et de l’exercice en général, disons que le mauvais moment et le mauvais endroit pour l’apprendre, c’est dans le porte-bébé.
Même avec les meilleures techniques de portage, mon petit loup veut bien trop souvent voir ce qui se passe parce qu’il s’intéresse à ce qu’il y a autour de lui. Alors il fait le pont pour descendre.
Résultat, je tombe presque et lui a ses chakras alignés contrairement aux miens.

Faire les premiers bisous et câlins

Crédits: Source : Unsplash

Je ne pouvais pas juste dire des choses qui sont un peu drôles ou plates. T’sais, mon humain est tellement une personne nice en devenir. Il est tout câlin, tout amour, il est bisou et je t’aime. C’est trop beau la première fois qu’on réalise que notre coco est en train de nous flatter le dos ou que, sans raison, il vous vole un baiser sur le front. Ça donne le courage de passer au travers tout ce que j’ai dit auparavant.

Dire je t’aime à tout le monde

Crédits: Source : Unsplash

« Y t’aim mamam » est l’une des plus belles phrases qui m’est été donné d’entendre de la bouche de mes enfants et c’est d’autant plus cute quand ils se mettent à le dire à tout le monde. Au chat, au chien, à son bébé, sa doudou, j’ai même eu droit en voyage à des « y t’aim » à des fruits, à des arbres, à tout le monde!

Faire les premières blagues

Crédits: Source : Unsplash

L’autre jour, mon fils m’a répondu « C’est une blague! » quand j’ai répété une phrase dont je n’avais pas compris le sens. C’était si beau de voir qu’il est capable de rire de ses blagues (parce que le ¾ de la famille ne comprend pas le sens anyway) et de le voir déployer à vive gorge toutes les rigolades de son corps. Il n’est pas rendu à se rendre à l’École nationale d’humour, mais on y travaille!

Montrer qu’ils sont en fait en train de devenir des êtres humains à part entière!

Crédits: Source : Unsplash

En gros, si certains des points étaient un peu pour faire sortir la vapeur de mon nez, je reste tellement positive et fière de l’enfant que j’ai créée. C’est si beau de le voir devenir un humain avec des idées, des impulsions et des capacités… ça me donne le goût d’en faire plein d’autres et, surtout, ça me permet de passer au travers de tout ce qui se passe avec ma petite tornade de 2 ans. Pis ça, c’est magnifique!